Interview

Interview du capitaine Alexis Busque

Question 1 : En quelques mots, quelle est la sensation de la soumission aux G ?
Question 2 : Avez-vous déjà eu le voile noir et/ou rouge ?
Question 3 : Quelles sont les manœuvres où vous prenez le plus de G ?
Question 4 : Prenez-vous des G au décollage de l’appareil ?
Question 5 : Quel est le maximum de G positif/négatif que vous avez subit ?
Question 6 : Il y-a-t-il des conséquences à long terme ?
Question 7 : Quels sont les tests à passer pour savoir si on a l’aptitude pour résister aux G ?
Question 8 : Quelle est le maximum de G que le corps humain peut subir ?
Question 9 : Il y-a-t-il des médicaments pouvant améliorer la résistance aux G (dopage etc...) ?
Question 10 : Ressentez-vous réellement l’utilité de la combinaison anti-G (sachant que les pilotes des blue-angels n'en portent pas) ?

 Réponses

Question 1:

Les sensations aux G sont dépendantes de nombreux facteurs.
En fonction de certaines conditions qu'elles soient physiques ou physiologiques, la résistance au facteur de charge diffère.
Tout d'abord il y a les G positifs et les G négatifs, il faut savoir que la plupart des avions dans l'armée de l'air ne prennent que très rarement des facteurs de charge négatifs ou si ils en prennent ceux-ci sont très faibles.

Pour les G positifs, la sensation est simple, vous avez une sensation de lourdeur, une impression de faire 10 fois votre poids et ceci n'est pas loin de la réalité à certains moment puisque le nombre de G multiplie par celui-ci votre poids, par exemple à 4G vous faîtes 4 fois votre poids de base.
Cette sensation est réelle, impossibilité de lever son bras et tête très lourde.
Vous avez, en g positif, la sensation réelle du sang qui descend dans les zones basses de votre corps.

Les G négatifs eux sont très différents, la sensation de lourdeur existe toujours mais dans l'autre sens, et par contre la sensation est très désagréable, vous avez la sensation que votre tête va "exploser", cette sensation est du au fait que tout le sang de votre corps monte, enfin descend dans votre tête.

Bref pour faire le résumé de cette question, les G positifs sont plus agréable à prendre que les G négatifs.


Question 2 :

Au sujet des différents voiles, et bien oui effectivement, j'ai déjà eu à plusieurs reprises des voiles gris, il faut savoir qu'avant d'avoir le voile gris il y a différentes étapes.
Il y a tout d'abord le champs visuel qui devient de plus en plus petit, on peut comparer cela à l'entrée dans un tunnel avec une perte des visions périphériques, ensuite l'apparition de paillettes, de petites étoiles dans le reste de vision que vous avez et ensuite l'assombrissement de la vision complète, une sensation de voir à travers un voile, vous ne voyez que les formes, par contre vous gardez les sensations tactiles ainsi que l'écoute.

Le voile noir mets arrivé qu'une seule fois et ce fut dans la centrifugeuse, et celui-ci fut provoqué.

Pour finir, le voile rouge ne mets jamais arrivé, il faut savoir que ce dernier n'existe pas , ce n'est pas le fait que le sang monte plus à la tête qui vous fait voir rouge mais juste le fait que votre oeil voit à travers une partie de votre paupière supèrieure qui elle est plus chargée en sang donc plus grosse.

Question 3 :

Il existe une multitude de manoeuvre où l'on peut prendre un grand nombre de G.
Je vais donc vous parler des figures à facteur de charge de la démonstration en basse altitude.
Lors d'une démonstration en patrouille, que ce soit la patrouille cartouche doré ou la patrouille de france, les facteurs de charge les plus importants sont lors des percussions et lors des éclatements.
Les appareils sont avec des vitesses importantes et les virages sont pris à ces moments là très rapidement.
Les G montent très rapidement, de l'ordre de 6 à plus de 7G et sont maintenus également pendant pas mal de temps.

La combinaison vitesse élevée ainsi que virages à forte inclinaison est la meilleure pour prendre un grand nombre de G.

Question 4 :

Non nous ne prenons pas de G au décollage ou juste les " G " d'une accélération normale, celle d'une bonne voiture qui accélère bien.
Sur avion d'arme ( mirage 2000 ), il existe en visualisation tête haute, le Gx, c'est en fait le calcul d'accélération de l'avion qui est de l'ordre de 0,85 lorsque l'avion décolle.
0,85 donne en réalité 1,85G d'accélération donc on peut en conclure que l'on ne prend pas beaucoup de G au décollage.
Les seuls à prendre des G au décollage sont les avions catapultés de la marine nationale, mais ces G sont très supportable puisqu'ils sont pris différemment, le sang n'est repoussé que vers l'arrière du corps et donc continue d'irriguer le cerveau.

Question 5 :

Et bien le plus de G que j'ai pris est de +10G, c'était sur Mirage 2000 lors de mon premier vol, le but de ce vol est de testé les différents domaines de l'avion.

En négatif, mon maximum est de -5,5G lorsque je pratiquais de la voltige dans le civil, c'était sur un Cap 222, modification d'un G202.


Question 6 :

Les conséquences à long terme sont difficiles à déterminer pour moi, peut-être qu'un médecin aéronautique pourrait vous répondre avec plus de précision mais en ce qui me concerne je pense que l'organisme humain n'est pas conçu pour prendre ce genre de chose et je pense donc qu'il en découle une fatigue physiologique et également physique plus rapide.
On peut remarquer que les pilotes de voltige font plus vieux que leur âge.
C'est peut-être également pour cela que les pilotes de chasse sont plus rapidement à la retraite, il faut savoir qu'un pilote de chasse cotise 3 ans en une seule année pour sa retraite, donant ainsi un âge moyen de départ à la retraite de 37 ans dans l'armée de l'air.

Question 7 :

Et bien la centrifugeuse est très efficace et constitue le meilleur test de résistance aux G.

Question 8 :

Je ne peux répondre à cette question, il faudrait voir avec un médecin aéronautique pour plus de renseignement.

Question 9 :

Il n'existe aucun médicament pour résister aux G, la meilleure médication est le sport et le renforcement musculaire.

Question 10 :

Comme dit dans les documents fournis, la combinaison anti-G est très efficace et permet de mieux résister aux G, elle permet de diminuer d'environ de 1,5 à 2G la sensation à ces derniers.

Effectivement les Blues Angels ne portent pas d'anti-G, mais il suffit de voir le résultat en 1999 où l'un d'entre eux s'est éteint sur un virage serré.
Je peux vous donner un autre exemple montrant l'importance de cette combinaison puisqu'en 2007 un de mes coéquipier, le lieutenant Chavarot, s'est également tué lors d'un entrainement, il s'est éteint ( voile noir ) sur un éclatement, il faut savoir que nous ne portons pas non plus de combinaison et qu'elle aurait pu peut-être lui servir à ce moment.
Je peux vous confirmer que le non port de combinaison des Blue Angels n'est pas un exemple dans le monde de l'aéronautique, voire même une absurdité !!! purement américaine pour dire " c'est nous les plus fort ".




Sur cette vidéo, c'est le crash de l'équipier des Blue Angels. Vous pouvez voir que l'avion qui arrive de la droite qui veut rassembler le reste de la patrouille est à forte vitesse et serre son virage pour rassembler les autres, virage serré plus forte vitesse donne un grand nombre de G, le pilote s'éteint, ne pilote plus l'avion et se tue.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site